JMS, l’homme qu’était mon père.

Processed with MOLDIV

Quand j’étais au collège, dès ma 2e année, mon père avait pour quotidien de venir me chercher après les cours à 17h. Il n’était quasiment jamais en retard et quand je sortais de l’établissement, je pouvais l’apercevoir à cet endroit bien défini où il avait l’habitude de se mettre, derrière tous les autres parents, assez grand pour que je puisse le remarquer.

En septembre 2004, 17h fin des cours, j’étais pressée de rentrer tout en croyant que ce même père m’escorterait jusqu’à la maison comme à l’accoutumée. Je franchis le portail de l’école et je reconnus ce parfum. C’était celui de mon père. Je tournai ma tête en direction de sa place habituelle croyant que je le verrais, mais aucune ombre de sa personne à l’horizon.

IMG_5772
Collège Libermann

Et, comme une gifle, ma mémoire vint me rappeler que depuis 3 mois, il ne faisait plus parti du commun des mortels. Alors, je continuai mon chemin, dans le sens inverse, en direction des taxis.

S’il y’a une chose que je retiens de mon père, c’était un homme travailleur, assez jovial et drôle avec qui tu ne pouvais t’ennuyer. Il aimait sortir, danser, se parfumer (j’en ai un vif souvenir car ses passages dans les couloirs de la maison et dans les escaliers du bâtiment, ne restaient pas inaperçus), s’asseoir sur cette chaise au fond du balcon pour y jouer sa guitare , aimait nous emmener manger dans ces fameux maquis et restaurants cuisinant les meilleurs poissons braisés de la ville. IMG_5774Je l’aimais pour ces viennoiseries de Zépol qu’il nous ramenait et dont on raffolait.

Je me rappelle de tous ces soirs de semaine où il ne pouvait rentrer du travail qu’aux alentours de 19h15 et, comme des enfants excités de voir leur père, nous courrions dans ces bras <<Papa Papa yayatoo>> (Rires. Les camerounais comprendront). Je me rappelle de ce père qui me chérissait tant au point de ne jamais avoir levé la main sur moi et, de me défendre face à ma mère même quand j’avais tort. Sur mes 13 années passées avec lui, je n’ai qu’un seul souvenir de ce grand homme s’adressant à moi sur un ton d’un cran plus élevé.

Mon père m’a offert une scolarité dans l’un des meilleurs collèges du pays, veillait à ce que je ne manque de rien, et même dans ses pires moments de souffrance, ne manquait pas de me faire plaisir à mes anniversaires.

Je garde l’image de ce père qui, face à la mort, s’est tourné vers Dieu et reconnut Jésus comme son sauveur et Seigneur. Il avait décidé de retourner à l’église, même s’il s’endormait pendant les cultes. Il en avait tellement perdu l’habitude qu’il lui fallait un temps de ré-adaptation. Néanmoins, son coeur était disposé à chercher celui qui l’avait créé. 
À son départ, ma mère sut si bien jouer les deux rôles qu’elle mérite également des cheers pour cette force qu’elle dégage depuis maintenant 13 années.IMG_6722

Je m’appelle Sintcheu, lui s’appelait Sitcheu et ne me demandez pas pourquoi. Sûrement une erreur administrative lors de sa naissance. Mon père était un père responsable et je prie que l’homme qui m’épousera soit de même envers les enfants que nous enfanterons.

Toutefois, je veux être reconnaissante car la vie m’a donné plusieurs pères qui ont joué un rôle majeur pour ce que je suis aujourd’hui. Certains ayant le même sang que moi, d’autres n’ayant même pas la même origine; cependant, ils n’ont pas manqué de me manifester l’amour d’un père comme si j’étais leur vraie fille.

Je ne peux finir sans avoir une pensée pour tous ces enfants qui ont grandi sans présence paternelle, tout en côtoyant leurs amis, pouvant encore dire « Papa ». Sachons une chose : nous avons un Papa là haut. Et c’est le Best !

Aux pères en devenir, ne soyez pas des pères par défaut, et encore moins, des pères fuyards. Ne laissez pas qu’on définisse vos semences de <<batards>>. Beaucoup d’enfants virent dans la délinquance, grandissent dans l’amertume, tombent dans la dépendance affective, ou encore deviennent méchants dans leurs relations à cause de l’absence paternelle. Alors faites comme mon père, soyez responsables de vos actes (sourires). Car un jour, vous allez devoir rendre compte de l’intendance et de la gestion de tout ce que Dieu vous a prêté, dont vos enfants.

À vous hommes-pères, soyez honorés en ce jour!

Que Dieu vous bénisse.

IMG_5269

 

 

6 commentaires

  1. Magnifique raï ! J’en ai les larmes aux yeux … 👏🏾👍🏾

  2. Comment on partage des traits communs sans pour autant échanger sur le sujet. I can feel you my dear cousin, mais moi c’était à mes 18 ans…Cheers to them

  3. Oh mon dieu cousine..mon père était LE père. La seule personne qui a cru en moi de part son amour, sa force et sa confiance. Il était dévoué et insistant. Sa disparition laisse un vide qui ne se comblera jamais. Oui ma soeur, je te comprends et je te souhaite beaucoup de courage.

  4. Merci pour ce beau partage. Je me vois dans tes écrits, je vois mon père et ma mère dans ton histoire. Merci Seigneur pour TOUT.

  5. Merci Ma belle pour ce partage et ce bel hommage à ton papa.

  6. Oww tata . DIEU MERCI il a donné sa vie a Dieu . Moi jai mon pere la. Qui vie seulement comme ca
    Les jours passent je pries qu’il se tourne vers son créateur. Merci

Laisser un commentaire