Mon regard était erroné!

Ce jour là, je les voyais s’avancer vers ma caisse. L’expression de mon visage changea car je ne voulais certainement pas servir des personnes sous l’effet de l’alcool, pour certains salement vêtus, pour d’autres, dégageant une odeur nauséabonde. Quand ils parlaient, ils postillonnaient et ça me répugnait. Au moment de payer leurs articles, je ne voulais pas que leurs mains touchent les miennes de peur d’être salie, ou encore par peur d’être contaminée d’une certaine maladie qu’ils cacheraient. La plupart dégageait une vie assez lugubre et réglaient leurs achats avec des pièces obtenues grâce à la manche. 

1- Quand Dieu ne voit pas comme toi. 

J’avais rencontré Jésus depuis près de 4 ans maintenant. Mais en vérité, me manquait une grosse pièce du puzzle : la compassion pour TOUS.

Durant mes études, je travaillais à Carrefour Hypermarchés et pour la plupart d’entre nous, les caisses numéro 1, 2, 3, 4 n’étaient pas les plus appréciées. Vous vous demandez pourquoi ? À cause de la clientèle qui y passait.
Ces caisses étaient situées en face Du rayon boisson dont l’alcool. Je vous laisse comprendre la raison.

Ce jour là, le Saint-Esprit m’ouvrit les yeux.

<< Raïssa pourquoi les traites-tu de la sorte ? Pourquoi les regardes-tu avec un air méprisant et dédaigneux ? Pourquoi fais-tu comme les autres qui veulent les marginaliser ? Tu ne veux pas qu’ils touchent ta main parce que tu les vois sales, alors qu’ils veulent payer simplement leurs articles ? Ma fille, c’est moi qui les ai créées et j’ai donné ma vie pour eux aussi. Ils sont sous l’effet de l’alcool ? Ne les juge pas. Ils sont sales ? Manifeste leur l’amour par le respect, la sympathie car je veux aussi qu’ils soient sauvés. Agis comme d’autres n’agiraient pas. Souris leur. Demande leur comment vont-ils. Prie pour eux. Désormais change ton regard et vois les comme je les vois. Des Hommes créés par ma main et avec tout mon amour. Change ton attitude et adopte la mienne. Je les aime comme je t’aime. Sois amour>>.

La phrase qui me conduit les jours qui suivirent lorsque j’étais à ces caisses, était : << Raïssa, vois TOUS les Hommes comme Dieu les voit. Quelque soit leur rang social, vétustes, sales ou propres, sans domicile fixe ou ayant toit, sous l’effet de l’alcool ou lucide. Jésus est mort pour tous et tous méritent de recevoir l’amour et le respect>>.

2- Personne n’est à négliger. 

Il peut arriver que des personnes nous abordent dans la rue, mais n’étant pas conformes aux codes de la ville, ni de la société moderne, nous avons tendance à les ignorer, à les fuir, ou simplement, à davantage serrer nos sacs contre nous. C’est un réflexe humain. Mais savez-vous que parmi ces Hommes que nous repoussons, se trouvent souvent des anges? ________________________________________________________

(Trois ans plus tard)…Il était midi lorsque je rentrais des cours. Je me trouvais dans le hall de la gare me dirigeant vers le quai de mon train. Tout à coup, sortit de nulle part un monsieur au teint chocolaté. Le monde le qualifierait de dément, ou familièrement dit, de « fou ». Le manque de soin corporel était assez visible pour laisser conclure qu’il devait être établi dans la rue. Il marchait de manière ferme en ma direction en criant « Hé toi! ». Naturellement je me retournai afin de voir qui il appelait. Il re-dit « non toi ». Apeurée, je me redressai en face de lui et nos regards se croisèrent, tout en m’empressant d’avancer vers le quai. Il s’écria à nouveau en ayant son regard vers moi : << oui toi! que ton âme s’attache à Dieu. Lui seul ne te décevra pas. Oui tu l’as en toi et ça se voit>>. Après ces mots, il continua son chemin. Je fus hébétée. En arrivant chez moi, je me rendis compte que si je l’avais esquivée par inquiétude de sa personne ou tout simplement par manque de considération, je serai passée à côté de cette parole qui en effet, était comme un baume sur mon coeur par rapport aux épreuves que je traversais. 

3- Donne et Dieu te rendra. 

En tout temps, voyons ces personnes écartées par la société, comme le père celeste les voit et je vous assure que vous serez surpris de voir à quel point Dieu peut se servir d’eux pour vous bénir.

La bible dit << celui qui donne au pauvre, prête à l’Eternel>>. Je suggère aujourd’hui que Le verbe << donner >> de ce passage ne se réfère pas qu’à l’argent ou au bien matériel. Il peut aussi signifier donner de l’amour quand tout le monde les ignore, du respect quand tout le monde les trouve indignes d’être respectés à cause de leurs conditions, de l’attention en les écoutant, ou encore un simple sourire.

Par exemple, les sans-domiciles fixes jonchent nos rues. N’attendons pas d’avoir des millions pour les aider. Un simple « bonjour » est capable de les épargner d’un suicide. Un simple sourire est capable de les fortifier et redonner de l’espoir. Croyez en Dieu, il vous rémunérera pour tout ce que vous ferez pour ces personnes pauvres.

Traitons les avec respect. Aimons les. Apportons leur la bonne Nouvelle en paroles et en actions.

Raï

Un commentaire

  1. C’est ma prière actuellement. J’ai l’impression d’être trop trop dure et exigeante envers les gens. Je dis Seigneur, donnes moi de voir les gens avec ton cœur. Parfois je suis assez frustré que les gens ne fassent ce qui ont à faire, comme ils ont à le faire. J’apprends à me dire, Marie ils font de leur mieux et ton mieux n’est pas leur mieux. Je me rends compte que les gens qui sont dans la rue n’ont pas souvent, souhaité être. Ça n’arrive pas qu’à eux. Je prie Dieu qu’il m’aide à voir en eux des hommes qui méritent le respect, l’amour, la compassion.

Laisser un commentaire