Stand up and don’t be shy 1.

j’étais ce genre d’élève ayant les bonnes réponses aux questions mais pas assez audacieuse…

Aujourd’hui, je souhaite vous parler brièvement de ces sentiments de timidité avec lesquels j’ai longtemps marchés et qui m’ont quasi-pourri la vie.

Pour les lecteurs de la bible, vous êtes surement déjà tombé sur ce passage de Paul qui parle à Timothée dans 2 timothée 1v6: << c’est pourquoi je t’exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu…, car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force et de sagesse >>.


La timidité est un manque d’audace.

Si Timothée devait ranimer le don qu’il avait reçu, cela indique que ce dernier s’était éteint. Nous en savons la cause grâce aux mots qui suivent, la timidité! On comprend donc que la timidité est un facteur qui nous pousse à ne pas être ce que Dieu veut qu’on soit et à ne pas faire ce pourquoi Dieu nous a mandaté. Nous sommes sauvés pour sauver les autres, dit-on. Et ce n’est assurément pas une faveur que nous faisons aux Hommes en cachant ce que nous avons en nous, sous prétexte de timidité. Cette dernière nous pousse donc à la désobéissance. 

Ayant été très longtemps quelqu’un de timide, je peux certifier que la timidité est liée au sentiment de peur des autres ou face aux autres, qui lui, très souvent trouve son origine dans un sentiment de rejet vécu ou, dans une mauvaise connaissance de soi.


La timidité est définie comme un manque d’audace dans une action ou un manque d’assurance ou de hardiesse dans ses relations humaines. (Larousse). La timidité est contraire à la foi, car avoir la foi c’est avoir l’audace, c’est oser. Oser croire, oser penser, oser acter. Avoir la foi, c’est avoir une ferme assurance, or la timidité est l’expression d’un manque d’assurance, en d’autre terme, de la peur.


J’avais peur du regard des autres.

En ce qui me concerne, j’étais ce genre d’élève ayant les bonnes réponses aux questions mais pas assez audacieuse pour lever la main, de peur d’être rejetée. Au milieu d’un groupe, j’avais du mal à m’exprimer par peur d’être jugée, ou critiquée. Lorsque quelqu’un était énervé, j’avais tendance à penser que j’en étais la cause (même si consciemment je savais que je n’avais rien fait) sans toutefois estimer que la cause pouvait être externe. Je me sentais sans cesse accusée et ce, sans raison. Je pensais simplement  que donner ma position sur un sujet allait me faire passer pour quelqu’une d’irréfléchie. J’avais des idées, mais j’avais peur de les exprimer, alors je les soufflais à une ou deux personnes, pour qu’elles puissent les accomplir. J’avais peur du regard des autres. Imposer ses idées, les défendre… Ca paraissait irréaliste pour moi. C’était pour les autres et non pour moi. Ce qui me rendait très souvent spectatrice quand bien même j’aurai pu être actrice dans certaines situations. J’avais tout simplement un problème d’identité.


La timidité nous fait avorter ou reporter des projets.


Les échecs de la vie (lire ici un exemple.), certaines relations humaines difficiles (dans l’enfance), certaines pensées démoniaques, ont fortement fondé ce mauvais caractère. Mais sachons le bien, la timidité empêche de vivre pleinement la destinée de Dieu pour nos vies. Avec le temps, elle étouffe, car nous vivons comme des êtres humains passifs et qui subissent à longueur de temps. Or, en tant que chrétiens, nous avons la force du Saint-Esprit pour nous exprimer et changer les choses. Le manque d’assurance nous fait avorter ou reporter des projets. Il prive les autres des grâces que Dieu a déposées en nous, et nous fait prendre du retard. A long terme, nous rend frustrés. Oui je parle de frustration. Car, inconsciemment, nous n’allons pas nous satisfaire de notre vie car nous ne la vivrons pas telle que nous le devrions. 


Vous allez devoir surmonter et dominer ce sentiment.

Imaginons l’instant de cinq secondes, un Jésus timide! Pensons-nous que les évangiles de Mathieu, marc, Luc, Jean existeraient ? Si je n’avais pas surmonté ce manque d’audace par la recherche de mon identité en Christ, ce blog n’existerait pas. Ceux qui impactent, c’est ceux qui se ceignent de foi, de force et agissent. Si vous voulez vivre la manifestation de vos dons et talents, et que vous êtes timides, alors vous allez devoir dominer sur ce sentiment. Paul vous le dit, vous avez un Esprit-Saint de force. 

Il est vrai que cette timidité ne se manifestait pas avec tout le monde ou en toute circonstance, mais je peux compter à hauteur de 85%.  << Je n’aime pas déranger >> ou << je n’ai rien à dire >>  étaient les deux phrases qui se frayaient fréquemment entre mes dents pour justifier mon silence et mon retrait. En réalité, ce n’était rien d’autre que ce manque d’assurance et d’hardiesse.


Faire mon scanner interne.

Ma délivrance a commencé lorsque la frustration de ne jamais avoir l’audace d’exprimer ce que je pense ou, de faire certaines choses par peur du regard externe s’est réellement pointée. Je me devais de faire un scanner de mon coeur :

  • Je me dévalorisais en m’estimant incapable de quoique ce soit.
  • J’avais l’impression que lorsque je parlais, j’avais toujours tort et que c’était insensé.

Je me penchai sur la parole divine qui m’aida : 

L’importance de lui obéir. 

  • ce que Dieu dit de moi : en tant que femme, je suis le bonheur. Proverbes 18v22. Un bonheur c’est la joie, l’assurance, la capacité à rendre heureux. Mais comment pouvais-je rendre mon environnement heureux si je manquais d’assurance? Je tiens également à ajouter que le sentiment de rejet joue beaucoup dans cette situation. Le silence exprimé est souvent dû à un sentiment de rejet né d’une ou de plusieurs situations dans lesquelles on s’est senti(e) marginalisé(e). La bible ne dit-elle pas « un peu de levain fait lever toute la pâte? ». D’une seule situation peut naitre tout un caractère crispé de timidité.
  • ce à quoi il m’appelle à faire pour sa gloire : Mathieu 25 v 14 me rappelle que j’ai des talents à fructifier, 1 corinthiens 12 v 6 m’informe que plusieurs dons ont été donnés par le Saint-esprit pour l’utilité commune et non pour les garder pour moiRomains 8 v 19 m’indique que le monde attend après moi.
  • ce qu’il a investi en moi : son Esprit-saint. Il n’amène pas la timidité mais au contraire, une force et puissance pour affronter et surmonter. Jacques 4v5. 2 Timothée 1. 
  • et le plus significatif, l’importance de lui obéir. Décider d’obéir totalement à Dieu m’aide à surmonter cela. Car face à une instruction, soit j’obéis et j’y vais, soit je me rétracte par timidité et je passe à côté. Grace à cela, je prends davantage confiance en lui, et au fur et à mesure, confiance en moi. 

En conclusion :


Aujourd’hui, je bannis la timidité. C’est un travail sur un certain terme. Petit à petit, si je ne m’exprime ou n’agis pas, c’est parce qu’il n’en est simplement pas nécessaire et non plus par manque d’assurance. Je vous invite également à accepter ce que vous êtes, ce que Dieu dit de vous. Exprimez votre opinion ou la vérité quand vous en avez la possibilité et si la situation le requiert. Oser là où vous n’osiez pas avant et qui est en phase avec votre destinée. 

Ne soyons plus timides. Redressons nos âmes et exprimons la meilleure version de nous qui est déjà établie dans les lieux célestes. PARLONS, AGISSONS, AFFRONTONS ET DOMINONS SUR CETTE PEUR. C’est mon partage quotidien, d’où le prochain article…

A très bientôt.

Raï.

N’hésitez pas à commenter et à vous abonner au blog. Il se pourrait que vous receviez quelques surprises dans votre boite aux lettres.

 

 

A LIRE AUSSI:

Un commentaire

Laisser un commentaire